-->

Chien sauvage, puis chien domestique, aujourd’hui chien familier, de compagnie, notre animal vit maintenant en captivité et il est modelé par l’environnement dans lequel nous l’enfermons ;
Il vit sans autonomie et sans territoire, ou plutôt avec l’autonomie et le territoire que nous lui concédons (nourriture, promenades, reproduction…) ;
Nous lui imposons un mode de vie, un environnement, nous influençons ses réactions par nos modes de communications (peu compatibles mais qu’il décrypte dans bon nombre de cas) ;
Nous lui transmettons inconsciemment nos joies, nos peurs, nos anxiétés ; Il est un extraordinaire récepteur d’émotions ;
Nous lui imposons souvent une certaine conduite en présence de congénères. Ces conduites commandées sont dans la plupart des cas incompatible avec les règles qui régissent leur groupe et avec leur mode de communication.

Il est certainement l’animal qui s’adapte le mieux à toute situation humaine.
Il s’y conforme, oui, mais jusqu’à un certain point.

Dans bon nombre de foyer, la cohabitation se passe bien. On peut supposer que la famille tolère les petits « travers » de son compagnon ;
Mais il peut arriver que certaines exigences contradictoires, incompréhensibles et génératrices d’anxiété pour le chien, le conduisent à produire des réponses qui ne sont pas celles attendues.
Pourtant, pour la famille, le message émis est clair et précis.
Ses réponses non comprises par la famille, sont au niveau de sa compréhension et sont émises dans son langage.
Ses réponses peuvent être la fuite, le léchage jusqu’à produire des plaies, la menace, l’agression…
Mais que se passe t-il ? Qu’est ce qu’il a ?